Annonce : SCRIBE-Paris recherche un graphiste !

Crayons de couleur

Avis à tous les pros de Photoshop, Illustrator et autres. 🙂

SCRIBE-Paris recherche un graphiste pour la réalisation de l’affiche de notre pièce de cette année : Le Roi Nu, d’Evgueni Schwartz.

Rémunération : les sourires des jeunes étudiants du Haut-Karabagh dont vous contribuerez à financer les études. Croyez-moi, cela n’a pas de prix. (Nous rappelons qu’à SCRIBE, personne n’est rémunéré, et nous tenons à respecter cette règle.) Vous aurez également, si vous le souhaitez, une mention de votre nom sur notre site Internet.

Connaissances nécessaires : pas besoin de nous prouver que vous avez suivi telle ou telle formation ou que vous avez travaillé pour telle ou telle entreprise. Chacun a sa chance à SCRIBE-Paris. Si vous pouvez nous montrer une ou deux réalisations, ce sera un plus. Le logiciel sur lequel vous aimez travailler n’a aucune importance du moment que vous êtes à l’aise avec.

Nous laissons libre cours à votre créativité. Il s’agira simplement de respecter la direction artistique suivie par les metteurs en scène, le pôle costumes et le pôle décors.

Vous êtes intéressé ? Contactez-nous ! Nous sommes également à votre disposition sur Facebook et Twitter. L’idéal serait de pouvoir passer rencontrer les membres de l’association un mardi soir après une première prise de contact. Rassurez-vous, nous n’avons pas l’habitude de mordre ! (ou alors, il faut vraiment nous provoquer…)

Vous connaissez un graphiste en herbe qui serait intéressé ? Pensez à faire tourner cette information dans votre réseau. 🙂

Et la nouvelle pièce de SCRIBE-Paris sera…

Le 12 octobre 2016, la pièce de SCRIBE-Paris pour le cru 2016/2017 a été choisie.

Roulements de tambour…

Il s’agit d’une pièce appelée Le Roi Nu, écrite en 1934 par l’auteur russe Evgueni Schwartz. Cette pièce a été inspirée par trois contes d’Hans Christian Andersen: « Les habits neufs de l’empereur », « Le porcher » et « La princesse au petit pois ».

L’intringue? Le porcher Henri et la princesse Henriette sont fous amoureux l’un de l’autre. Cependant, le roi-père ne l’entend pas de cet avis: il envoie Henriette épouser le tyrannique roi du royaume voisin. Henri va alors élaborer une ruse pour sauver sa bien-aimée…

Un bouffon

Cette pièce séduira un public de tous les âges. Les plus jeunes y verront leurs personnages de contes préférés et s’amuseront devant des personnages déjantés, parfois malins, parfois stupides. Les adultes, quant à eux, réfléchiront à la critique sociale qui s’échappe d’entre les répliques, et au contexte dans lequel cette pièce a été rédigée…

A ne surtout pas manquer. Première le 1er avril 2017 ! (et ce n’est pas un poisson…)

Récit d’un voyage inoubliable

Récit d’Hermine Damamme et Quentin Marchal, émissaires 2016.

On dit souvent que l’on oublie beaucoup de choses avec le temps. Je regarde le calendrier et je me rends compte que nous sommes déjà en octobre. Plusieurs semaines se sont écoulées depuis notre retour d’Arménie, mais le temps ne semble pas avoir eu de prise sur ce séjour, que nous ne pouvons qualifier que d’inoubliable…

23 août, 14 heures : ça y est, l’heure du grand départ a enfin sonné pour moi ! Plusieurs heures de vol sont nécessaires pour atteindre la capitale, Erevan. Nous n’y avons encore jamais mis les pieds mais nous avons l’impression de déjà connaître ce pays, tellement nous en avons entendu parler à Scribe, par les anciens émissaires, notamment. L’impression d’être chez nous, en arrivant, se confirmera avec ce que nous allions vivre.

L’accueil à l’aéroport est à l’image de ce que nous réservera notre séjour : sourire, chaleur humaine et une envie insatiable de rendre service. Tatevik, une étudiante avec qui l’association est en contact depuis des années, m’attend avec un grand sourire, pour me conduire chez notre famille d’accueil, notre « famille arménienne », débordante, elle aussi, de générosité.

Dès le lendemain, je fais ce que tout nouvel arrivant à Erevan se doit de faire : la visite du centre avec la Place de la République et sa sublime fontaine, celle qui orne la plupart des premières de couverture des guides touristiques du pays, l’artère principale « Northern avenue », l’Opéra, des musées comme celui des Manuscrits ou encore des monuments comme Kaskad, un immense site dénivelé recelant des trésors d’art contemporain. Et une halte, de temps à autre, au « Café de France » – où l’on me gratifiait d’un « bonjour » en français !

J’ai également eu l’occasion, les jours suivants, de visiter les abords de la capitale, comme Garni et Gerhard, deux villes témoignant du passé antique et médiéval du pays . L’ambiance qui règne dans la ville le jour est aussi animée que le soir : sur la Place de la République à partir de 19 heures, les habitants d’Erevan commencent à se réunir en attendant les fontaines musicales.

Le 26 août, Hermine est arrivée et a été aussi bien accueillie que moi. Dès le lendemain matin, nous voici dans le bus direction… Le Haut-Karabagh ! Après 8 heures de trajet, nous arrivons à la gare de Stepanakert où nous attend Nelly, notre correspondante francophone qui coordonne les relations avec les boursiers. Elle nous a présenté Armen, notre adorable hôte de Stepanakert. Notre accueil a été, tout simplement… exceptionnel ! Grâce à Nelly, Armen et une étudiante du SPFA, Anoush, nous avons eu la chance de visiter des lieux magnifiques et insolites autour de la capitale, comme le « Parapluie » du Hanuot Canyon, une voûte incurvée couverte de mousse en forme de parapluie, de sublimes paysages montagneux et de très vieilles et très belle églises, comme à Chuchi.

Le "Parapluie"

Le 7ème jour de notre voyage a été marqué par cet événement que nous avions préparé pendant toute l’année : la remise des bourses et la rencontre avec les étudiants. Quel trac nous avions ! Nous allions enfin voir et faire partager avec les membres de l’association toutes ces semaines de travail, d’investissement, mais surtout de plaisir, de la part des membres de l’association et de ses sympathisants.

La remise des bourses a eu lieu au Club Francophone dédié, bien sûr, à Charles Aznavour !

Le Club Francophone dédié à Charles Aznavour

Les étudiants sont venus un à un récupérer la bourse qui allait leur permettre de faire leur année d’études, avec un regard timide, accompagné d’un sourire reconnaissant. Nous avons pris quelques photos avec eux et une étudiante nous a même offert un petit souvenir : un bracelet en perles, qu’elle avait fait elle-même, avec les couleurs du drapeau du Haut-Karabagh. C’était un moment extrêmement fort et important pour nous.

Quentin et Hermine préparent les bourses

Après la remise des bourses

Les bracelets aux couleurs du Haut-Karabagh

La journée s’est poursuivie avec une visite au monastère de Gandzassar – datant du XIIIème siècle ! – où nous avons pique-niqué.

Les boursiers à Gandzassar

Quelques photos prises tous ensemble et l’animation du gardien du site faisant des acrobaties sur un cheval, ont permis aux étudiants de mettre de côté leur timidité et de nous poser des questions sur notre projet, sur la pièce que nous avions jouée cette année… Ils étaient curieux de savoir comment était la vie à Paris, ville où ils rêvaient d’aller. Nous leur avons bien sûr dit qu’ils étaient les bienvenus ! Notre journée s’est achevée par d’ultimes photos de groupe prises devant les statues de Tatik et Papik (littéralement, « grand-père » et « grand-mère » en arménien), symboles de la famille. C’est là que nous avons quitté, le coeur gros, les étudiants pour rentrer le lendemain à Erevan.

Pour nos deux derniers (snif !) jours en Arménie, nous avons fait une excursion au fameux lac Sevan, offrant des panoramas magnifiques et quelques ballades en ville, au marché du « Vernissage », dans des parcs, comme celui des amoureux… Nous avons bien profité de ces derniers moments avant de nous faire à l’idée qu’il était l’heure de rentrer.

Le lac Sevan

Le 2 septembre, 25 ans de l’indépendance du Haut-Karabagh, nous étions de retour à Paris, la tête et les valises et pleines de souvenirs.

Nous tenons à remercier l’Église protestante de Port Royal Quartier latin pour son soutien ainsi que la Solidarité Protestante France-Arménie.

Merci à l’association SCRIBE-Paris qui nous a permis de vivre une expérience si belle et si enrichissante.

Enfin, merci à tous les sympathisants de SCRIBE-Paris et à tous les donateurs qui ont contribué à rendre ce projet réalisable et à apporter un peu de bonheur au peuple du Haut-Karabagh.

Sur le départ

Que serait SCRIBE sans la Maison Fraternelle?

Récit de Gwennoline Mercier, vice-présidente de SCRIBE-Paris.

Si vous êtes déjà venus nous voir jouer, en particulier dans le 5è ou le 16è arrondissement, vous aurez sans doute remarqué des éléments plutôt inattendus dans une salle de spectacle. Regardez bien autour de vous et vous finirez sûrement par apercevoir un baptistère ou un crucifix. Hum curieux… et pourquoi me direz-vous ? Pour le savoir, il faut remonter aux origines de SCRIBE-Paris… En effet, les trois fondatrices de l’association faisant partie d’une paroisse protestante,  SCRIBE a la chance de bénéficier depuis ses débuts de la générosité de paroisses et en particulier de l’Eglise Protestante Unie de Port Royal Quartier Latin et de l’Eglise Protestante Unie Passy Annonciation. La première nous reçoit dans ses locaux à la « Maison Fraternelle » tous les mardis et plusieurs week-ends de l’année afin de nous permettre de répéter, de jouer et ainsi de mener à bien notre projet humanitaire. Ne soyez donc pas surpris si vous entendez des Scribouillards (membres de l’association) parler de « Maison Frat ».

SCRIBE bénéficiant à titre gracieux des salles, c’est donc avec plaisir que les Scribouillards participent à l’entretien des locaux tels que nettoyage des vitres (les photos témoignent bien de notre motivation, même sous la pluie !) ou réfection de certaines salles. Nous partageons également les principaux évènements qui animent la vie des paroisses : Garden Party,  fête de la paroisse ou encore fête de départ du pasteur. Ce dimanche 12 juin aura justement lieu la fête de la Maison Fraternelle et vous pourrez voir des saynètes mises en scène et jouées par plusieurs Scribouillards lors du culte pour l’occasion. Ne manquez pas ce rendez-vous chaleureux et festif qui débutera à 10h30 !

Séance de lavage des carreaux à la Maison Fraternelle Séance de lavage des carreaux à la Maison Fraternelle Séance de lavage des carreaux à la Maison Fraternelle Séance de lavage des carreaux à la Maison Fraternelle Séance de lavage des carreaux à la Maison Fraternelle Séance de lavage des carreaux à la Maison Fraternelle Séance de lavage des carreaux à la Maison Fraternelle

Sans l’aide de ces paroisses nous ne pourrions tout simplement pas mener à bien notre action donc un grand merci à elles ! Pour en savoir plus sur leurs actions voici les pages de leurs sites :

http://www.protestantsquartierlatin.net/

http://www.annonciation.org/

Nos relations avec les paroisses sont donc importantes au vu de l’histoire de l’association et de l’entraide existantes mais sachez que si le cœur vous dit de nous rejoindre, toutes les bonnes volontés sont bienvenues, quelles que soient les croyances et confessions, du moment qu’elles sont portées par notre projet !